Guide de voyages et d'aventures

Bataille de la Somme: découverte de notre Histoire …à pied

La  Bataille de la Somme, offensive alliée franco-britannique, fut l’une des plus importantes batailles de la Première Guerre Mondiale. Cette guerre d’usure extrêmement meurtrière causa plus d’1 million de morts, de blessés ou de disparus en 5 mois, de juillet à novembre 1916.
La Somme recense aujourd’hui plusieurs centaines de cimetières militaires et de sites commémoratifs. Ils honorent la mémoire des soldats disparus aux combats, quelque soit leur nationalité.

Alors que se déroulent les Commémorations du Centenaire de la guerre 14-18, nous avons souhaité comprendre cette page de notre histoire. Pour cela, nous avons randonné et parcouru les chemins de la campagne picarde, observé les vestiges des combats, visiter les lieux de mémoire.

Nous vous présentons notre circuit du souvenir, réalisé sur 3 jours, là où ce sont déroulés les combats.

La Bataille de la Somme a débuté le 1er juillet 1916, à 7h28 exactement …

1. La Bataille de la Somme commence à La Boisselle

Notre randonnée nous conduit à travers les champs de betterave et de céréales, jusqu’à la commune de La Boisselle. Une grande sérénité se dégage de ces paysages plats et pour autant d’une grande beauté.

Randonnée dans ce paysage ou se deroula la bataille de la somme en 1914-18

Somme – Paysage paisible où se déroula la Bataille de la Somme

Au coeur du village situé le long de la D929, un panneau indique la Direction de la Grande Mine. Au bout de quelques minutes de marche, nous découvrons un trou dont la vue est stupéfiante: 91 m de diamètre et 21 mètres de profondeur ! Et pourtant, il s’est érodé depuis l’explosion.
C’est le cratère de Lochnagar, vestige de l’offensive Britannique  destinée à rompre la première ligne allemande. Une série d’explosions fut déclenchée le 1er juillet 1916 à 7h28, marquant ainsi le début de la Bataille de la Somme. Il est possible de se promener tout autour du cratère.

Ce paysage témoigne de la violence du conflit.

La Boisselle, la grande mine; le cratere de lochnagar marqua le début de la bataille de la somme le 1er juillet 1916

La Boisselle – Lochnagar Crater

2. Albert

Albert, située à 30 km d’Amiens,  fait partie des villes qui ont été fortement bombardées pendant la Bataille de la Somme. Une peinture murale rappelle la présence de soldats britanniques dans la ville et montre le dôme endommagé de la Basilique de Notre-Dame de Brebières, après avoir été touché par un obus.

Illustration de la présence des soldats britanniques a albert, en somme, durant la bataille de la somme en 1914-18

Albert – Peinture murale illustrant la présence des soldats britanniques à Albert

Un musée très intéressant expose, dans un sous-terrain de 200 mètres de long, un nombre impressionnant d’objets, d’armes, d’effets personnels représentatifs de  la vie quotidienne des soldats. C’est une façon très réaliste, et en même temps émouvante de restituer la dureté de la guerre.

A la sortie Est d’Albert, le long de la D938 en Direction de Péronne, un cimetière militaire abrite les dépouilles de 6200 soldats français. Ce champ de croix blanches nous rappelle ainsi les épouvantables statistiques de la guerre.

A la sortie d'albert, cimetire militaire français des soldats morts durant la premiere guerre mondiale

Albert – Cimetière français

3. Fricourt

Poursuivant notre chemin sur la D938, à 6 km d’Albert, nous atteignons Fricourt,  commune qui fut au coeur des combats durant la Bataille de la Somme. Le nom des vies sacrifiées est gravé sur le socle du monument aux morts, situé au centre de la commune. Les plaques des rues évoquent également des événements de la Première Guerre Mondiale, telle la rue du Major-Raper, Officier Britannique abattu dans le Bois de Fricourt.

Le cimetière militaire Allemand est situé à la sortie du village. Les croix noires rappellent que 17000 soldats allemands ont été tués dès les premiers jours des combats. L’as de l’aviation allemande, Manfred Von Richthofen, dit le « Baron Rouge » y fut temporairement inhumé avant d’être rapatrié en Allemagne.

Fricourt, cimetiere militaire allemand ou a ete inhume le baron rouge durant la bataille de la somme

Fricourt – Cimetière allemand où fut temporairement inhumé le Baron Rouge

 

4. Mametz

Nous poursuivons notre chemin de mémoire de la Bataille de la Somme, pour nous rendre à Mametz, situé à 1 kilomètre de Fricourt. La petite route au nord du village bifurque après 500 mètres et mène à droite vers le Bois de Mametz.  Après un kilomètre, face au bois, se tient un mémorial très singulier, celui de la 38ème Division Galloise. Il s’agit d’un  promontoire orné d’un dragon rouge, emblème du Pays de Galles. Près à s’envoler, il déchire des barbelés entre ses griffes.

Dans les premiers jours de juillet 1916, la 38ème Division Galloise lance une attaque afin de déloger les Allemands du bois de Mametz.  Ils n’y parvinrent qu’après plusieurs  jours de combats acharnés, mais à quel prix ! La Division perd 4000 hommes, tués, blessés ou disparus.

 

Memorial gallois situe à mametz. commemoration soldats de la 38eme division galloise

Bois de Mametz – Memorial Gallois

A proximité du mémorial, des familles ont laissé des décorations, des photos, des lettres en mémoire des soldats disparus sur ces lieux durant la Bataille de la Somme.

En contemplant ce paisible paysage de campagne, difficile d’imaginer qu’il y a un siècle, lors de la Bataille de la Somme, ce site un était un véritable enfer.

5. Le marais de Frise

Cette randonnée nous conduit à Frise, village sur la Somme. Elle démarre du pont mobile d’Eclusier -Vaux, et longe le chemin de halage jusqu’à Frise. Le chemin de mémoire se poursuit en bordure des étangs de Fargny. Les paysages lacustres et pittoresques, presque intimistes offrent un dépaysement total. Le circuit accède à deux belvédères donnant une vue admirable sur la vallée de la Somme, le belvédère de Frise et celui du Bois de Vaux.

notre chemin de memoire nous consuit dans les marais de la somme

Somme – Vue panoramique sur la vallée de la Somme et ses marais

Le chemin du retour redescend vers la vallée de la Somme, magnifique, pour rejoindre Eclusier-Vaux.
Difficile de concevoir, dans ce paysage hors du temps, que des combats violents ont eu lieu, auxquels l’écrivain Blaise Cendrars participa en tant que caporal d’escouade de la 1ère compagnie. En 1915, il fut gravement blessé et du être amputé de la main droite. Il rédigera par la suite ses souvenirs de la Bataille de la Somme dans le récit « La main coupée ».

Au bois de la vache, à la corne du bois, nous tenions un petit poste qui n’était séparé du poste allemand que par quelques sacs de terre. On aurait pu s’embrocher à la baïonnette d’une tranchée à l’autre.

le marais de frise ou fut tue blaise cendrars durant la bataille de la somme

Frise – Marais

6. Thiepval

Thiepval, commune située au nord d’Albert, fut le théâtre d’un véritable carnage durant la Bataille de la Somme. Le 1er juillet 1916, les troupes britanniques lancèrent une offensive pour percer les lignes allemandes.  En une seule journée, 60 000 hommes furent tués ou blessés par l’artillerie allemande. Cette action fut la plus meurtrière qu’ait jamais connue l’armée britannique.

Le Mémorial de Thiepval

Un mémorial en forme d’arche, dédié aux soldats disparus durant la Bataille de la Somme, a été érigé à l’endroit même de l’ancien champ de bataille. Il s’agit du plus important des mémoriaux du Commonwealth au monde. Il commémore le souvenir des 72000 soldats sans tombe connue, des armées britanniques et Sud africaines morts ou portés disparus dans ce conflit. Leurs noms sont gravés sur les parois de cet imposant monument commémoratif de la Première Guerre Mondiale.

memorial franco americain à thiepval, memorial des soldats disparus durant la premiere guerre mondiale

Thiepval – Mémorial Franco-Britannique

En passant de l’autre côté de l’édifice, le visiteur est pris par l’émotion : Un champ de croix françaises et de stèles blanches du Commonwealth, parfaitement alignées, s’étend jusqu’à la Croix du Sacrifice incrustée d’une épée en bronze. Des visiteurs ont apporté des ornements qu’ils ont déposés à la base du monument et sur certaines tombes.

Ce lieu est véritablement très émouvant.

La Tour d’Ulster

A moins d’un kilomètre de Thiepval, nos pas nous conduisent à la Tour d’Ulster. Cet édifice fut construit pour commémorer le souvenir des Bataillons d’Ulster (36th Ulster Division) dont 5000 hommes furent tués, blessés ou disparus en quelques heures le 1er juillet 1916. Il est la copie parfaite de la Tour Helen, à Clandeboye en Irlande,  là où les soldats de la 36 ème Division se sont entraînés.

Thiepval, memorial d'ulster soldats 36eme division morts durant la bataille de la somme

Thiepval, Tour d’Ulster

7. Beaumont-Hamel

Mémorial Terre-Neuvien

La randonnée se poursuit par le nord sur la D73, pour atteindre le Parc du Mémorial Terre-neuvien. Ce parc historique a été édifié sur le champ de bataille, lequel est resté intact depuis la fin de la Bataille de la Somme. Ce site est aujourd’hui un Parc Historique Canadien.

A l’époque du conflit, Terre-Neuve ne faisait pas partie de la Confédération Canadienne, et les hommes du régiment terre-neuvien étaient tous des soldats volontaires.

Le village de Beaumont-Hamel, transformé en forteresse par les Allemands, a été le témoin de combats effroyables.  Le 1er juillet 2016, le Régiment Terre-neuvien (Newfoundland Regiment) qui combattait avec la 29ème Division fut presque entièrement décimé. Sur ~800 soldats du Régiment Terre-neuvien  qui partirent à l’assaut des tranchées allemandes, seuls 68 en sont revenus indemnes. Du fait de la forte proportion de pertes humaines, cette action est considérée comme l’une des plus meurtrières de la Bataille de la Somme.

bataille de la somme memorial terre-neuvien à beaumont-hamel premiere guerre mondiale

Beaumont-Hamel – Mémorial Terre-Neuvien

A l’entrée du parc, un monument pyramidal a été érigé pour honorer la mémoire de la 29ème Division. Un peu plus loin, se tient le Mémorial Terre-neuvien,  un grand caribou de bronze, emblème de la Royal Newfoundland Regiment. Il fait face aux champs où les soldats ont perdu la vie.

Observation des tranchées

Quelques marches mènent au sommet de l’édifice. A cette hauteur, on obtient une vue panoramique du parc, parfaitement préservé, défiguré par des tranchées et criblé de trous d’obus. Ce paysage apocalyptique traduit l’enfer des combats dans un bourbier dont on ne pouvait réchapper.

Nous rencontrons des visiteurs Canadiens qui ont fait spécialement le trajet depuis leur pays jusqu’en Somme pour se recueillir sur la tombe d’un aïleul et visiter les sites commémoratifs.

beaumont-hamel parc du memorial terre-neuvien vue panoramique des tranchees restees intactes depuis la premiere guerre mondiale

Beaumont-Hamel – Vue panoramique du site et de ses tranchées

Plusieurs autres édifices commémoratifs sont érigés dans le parc. Nous nous arrêtons devant les 3 cimetières britanniques, puis observons le mémorial de la 51e Division des Highlands dressé à la mémoire des soldats écossais.

Autres mémoriaux

Nous quittons le Parc Terre-Neuvien par le nord, traversons le village de Beaumont-Hamel et poursuivons notre chemin sur la D163. A 200 mètres de la sortie du village, en bordure d’un chemin creux, une Croix Celtique se dresse à l’endroit même où, le 13 novembre 1916, le régiment écossais du 8ème Argyll and Sutherland Highlanders, partait à l’assaut du village de Beaumont-Hamel. Ce monument rend hommage à leur mémoire et à leurs accomplissements durant la Bataille de la Somme.

8. Conclusion

Ces quelques randonnées, réalisées sur 3 jours, ont permis d’admirer un paysage qui fut le témoin des atrocités de la Bataille de la Somme. Nous avons découvert et observé certains de ses vestiges,  acquis une meilleure compréhension des événements qui ont constitué une page importante de notre Histoire.
Des chemins de mémoire à faire absolument.

Informations pratiques pour réaliser ces chemins de mémoire

carte de la bataille de la somme, durant la premiere guerre mondiale, centenaire de la guerre 14 18

Localisation de la Bataille de la Somme

Où est-ce ?

  • A ~160 km de Paris et 35 km d’Amiens

Où dormir ?

  • Hôtel Ibis d’Albert, commune idéalement située pour faire les visites dans la région.

Où randonner et que voir?

  • Topo guides de la Fédération Française de Randonnée « Dans les traces de la Grande Guerre en Picardie …à pied »
  • et/ou les fiches de parcours pédestres téléchargeables sur le site du Centenaire de la Première Guerre Mondiale au pays des coquelicots
  • Le site du Conseil Général de la Somme présente des informations très complètes sur la Bataille de la Somme (vivre le centenaire, …) ainsi que de nombreux conseils pour préparer une visite dans la région.
  • Le guide des sites de la Première Guerre Mondiale de la Somme à visiter
  • Enfin nous n’avons pas pu mettre toutes nos photos en ligne. Si vous êtes intéressé par des photos complémentaires, contactez-nous.
Page 1 sur 11

Laisser un commentaire

© Heulys - Tous droits exclusivement réservés