Guide de voyages et d'aventures

Volcan Cotopaxi : Randonnée en Equateur

randonner paramo parc national de cotopaxi equateur hiking cotopaxi volcano national park andes paramo

Parce que nous sommes passionnés de volcanisme nous avons décidé de faire l’ascension du volcan Cotopaxi lors de notre voyage en Equateur.

Le Cotopaxi est le deuxième volcan le plus haut d’Equateur (5897 mètres), mais pas seulement. C’est une montagne sacrément… active !
Son dôme, aux formes quasi parfaites, est couvert de neiges éternelles. Il invite tout passionné d’andinisme à expérimenter, dans un cadre majestueux, la marche en altitude.

Regardez la vidéo « Cotopaxi, volcan mythique » et vous saurez pourquoi son ascension est inoubliable !


Ascension jusqu’au refuge –  Paysages dramatiques du Parc National du Cotopaxi.

1. Le Cotopaxi est un volcan actif

Après l’éruption de 2015, le Parc National du Cotopaxi a été fermé.  Après des mois de surveillance par les autorités équatoriennes, le parc a ré-ouvert partiellement en août 2016, permettant toutefois de rejoindre le refuge José Ribas. Par contre, l’ascension jusqu’à son sommet demeure interdite.

Néanmoins, le Parc National du Cotopaxi offre des randonnées et des treks splendides au pied du géant, dans le « paramo » qui s’étend à perte de vue.
Ainsi, nul besoin de porter chaussures à crampons et piolet pour profiter de ce site majestueux ! Randonner dans le Parc National du Cotopaxi permet de découvrir les beautés du paysage andin.

volcan cotopaxi en equateur vu du paramo dans le parc national

Volcan Cotopaxi avec son dome presque parfait

2. Le Parc National du Cotopaxi

Le Parc National du Cotopaxi est situé à 70 kilomètres au sud de Quito. Nous logeons pour la nuit à l’auberge Tambopaxi, étape incontournable qui permet, à 3800 mètres de s’acclimater à l’altitude.

Tôt le lendemain matin, nous partons en véhicule pour rejoindre le point de départ de notre ascension du volcan, jusqu’au  refuge José Ribas situé à 4800 mètres de haut. La route traverse le paramo, hautes terres d’altitude traversées par les vents froids et enveloppées par la brume. Il s’arrête là où le glacier commence.

Au 18 ème siècle, le scientifique Alexander von Humboldt, qui séjournait en Equateur, décrivaient les paramos comme « des terres inhospitalières ».

En effet, notre découverte du volcan Cotopaxi se fait par un temps couvert et très brumeux, accentuant ainsi l’impression de solitude et de désolation. Aussi, nous n’apercevons que très partiellement le volcan, enveloppé par les nuages.

 auberge tambopaxi, au pied du volcan cotopaxi, dans le parc national

Equateur, auberge Tambopaxi

3. Ascension jusqu’au refuge du volcan Cotopaxi

Nous sommes très enthousiastes et grisés à l’idée de réaliser cette ascension. En effet, nous n’avions jamais randonné à près de 5000 mètres ! Pour la première fois, nous allions connaître l’altitude.

Dès le début de l’ascension du volcan, le paysage change subitement : le paramo jaune d’or cède place à un paysage dramatique, noir et blanc. La montagne, enveloppée dans les brumes, nous semble presque irréelle.
La distance à parcourir est courte et la montée ne présente aucune difficulté technique. Nous sommes donc très confiants en notre capacité à rejoindre rapidement le refuge.

Mais c’est sans compter sur le froid, le vent glacial et l’altitude ! L’ascension est lente, les jambes lourdes, la respiration difficile. D’ailleurs, certains marcheurs autour de nous ressentent déjà les premiers maux de tête.

Les pauses pour reprendre son souffle permettent d’admirer le glacier et les hautes terres du parc. La vue sur le glacier est impressionnante. Mais difficile d’entrevoir le cône du volcan Cotopaxi derrière l’épaisse couche de nuages.

ascension du volcan Cotopaxi, jusqu'au refuge Jose ribas

L’ascension du volcan Cotopaxi, jusqu’au refuge José Ribas

ascension du volcan cotopaxi en equateur

Volcan Cotopaxi

Au bout de trois quart d’heure, nous sommes soulagés d’apercevoir le refuge Jose Ribas, reconnaissable à son toit jaune. Une boisson chaude nous réchauffe : nous savourons ainsi l’effort accompli qui nous a permis de monter à cette altitude.

Bien sur, pour les alpinistes chevronnés, ou les grimpeurs entraînés, cette marche n’est que la première étape d’une ascension jusqu’au sommet du volcan qu’ils entameront à la nuit tombée. A chacun son Aventure !

refuge Jose Ribas situe a 5000 metres d'altitude sur les flancs du volcan cotopaxi

Au Refuge Jose Ribas

4. Retour par la lagune Limpiopungo

A partir du refuge, nous descendons à pied les pentes du volcan. Puis nous traversons le paramo et rejoignons la lagune Limpiopungo  située à la base du volcan Rumiñahui. Pendant la descente, nous admirons le paysage sauvage du Parc National du Cotopaxi. Nous croisons de nombreux chevaux sauvages et découvrons la richesse florale et colorée de la lagune. Quel contraste avec le paysage monochrome du glacier !

randonnee dans le paramo de la laguna limpiopungo parc national du cotopaxi

Equateur, paramo au pied du volcan Ruminahui

En conclusion, l’ascension du volcan Cotopaxi jusqu’au refuge est engageante. Néanmoins, elle permet de découvrir les paysages mythiques des Andes. Cette expérience étant vraiment unique, nous conseillons d’intégrer cette étape dans un voyage en Equateur.

Informations utiles pour l’ascension du volcan Cotopaxi

carte situant le volcan cotopaxi en equateur

Carte de l’Equateur, situation du volcan Cotopaxi

Avant de partir, renseignez vous sur la situation volcanique.

Où est-ce ? A 70 km au Sud de Quito, capitale de l’Equateur, au nord du pays.

Quand y aller ? Privilégier la saison sèche en juin-juillet. La saison humide se situe au printemps (mars-avril). A cette saison, les désastres naturels tels que des avalanches, des glissements de terrain, des routes coupées par les eaux sont possibles.

Avec qui partir ? Avec une agence de guides locaux ou une agence de trek qui intègre l’ascension du volcan Cotopaxi jusqu’au refuge José Ribas dans son circuit. Ne partez pas seul !

Où dormir ? Il existe une vingtaine de petits hôtels dans la région. Nous avons passé la nuit à l’hôtel de Tambopaxi. (en anglais)

Quel équipement ? Porter des vêtements chauds et des bonnes chaussures de marche

Quelles autres mesures de sécurité prendre ?

  • D’abord, être en bonne forme physique. L’altitude peut provoquer des maux de tête.
  • Respecter un processus d’acclimatation à l’altitude de 24 à 48 heures entre 3000 et 4000 mètres d’altitude

Est-ce accessible aux baby boomers ? oui, mais il faut respecter les règles de prudence ci-dessous, quelque soit l’âge.

Lire pour comprendre

Le procès des étoiles-Par Florence Trystam
Récit de la prestigieuse expédition de trois savants français en Amérique du Sud, 1735-1771

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez sans doute :

Volcan Krakatoa: fils de Krakatau qui a bouleversé le monde !

Page 1 sur 11

Laisser un commentaire

© Heulys - Tous droits exclusivement réservés